“Mieux vaut 50 ans de prison qu’une fille lesbienne” : une mère menace sa fille à cause de son orientation sexuelle

Il est probable qu’il n’y a pas de douleur aussi profonde que d’être rejeté par ses parents sans avoir rien fait de mal, mais seulement  pour être qui vous êtes. Cela peut sembler absurde, mais il y a des familles où l’éducation est si traditionnelle que les parents sont incapables de voir l’amour inconditionnel au-delà de l’orientation sexuelle de leurs enfants. Ils deviennent  les premiers à les discriminer au lieu de leur apporter soutien et réconfort, rapporte El Clarín..

Malika Chalhy

Malika Chalhy, une jeune fille italienne de 22 ans, a dû traverser les moments les plus difficiles de sa vie, après que sa propre mère l’ait menacée de mort si elle remettait les pieds dans leur maison. Elle avait annoncé à la famille qu’elle était lesbienne et qu’elle avait même une petite amie.

Sans vêtements ni nourriture de rechange, les parents de Malika l’ont chassée de la maison, lui disant de ne pas revenir. Comme elle n’avait pas de toit pour passer la nuit, la jeune femme est revenue escortée des policiers, mais la mère leur a dit “Je ne connais pas cette personne”.

Malika Chalhy

Quelques jours plus tard, Malika a essayé d’appeler sa mère, mais la fois où elle lui a répondu, elle n’a communiqué que que par des cris et avant de raccrocher, elle a dit : « Si tu reviens, nous te tuerons, mieux vaut 50 ans de prison qu’une fille lesbienne, mieux vaut une toxicomane qu’une fille lesbienne”. Désespérée et sans savoir d’endroit où habiter, la jeune fille a porté son cas devant les médias avec des enregistrements téléphoniques pour déposer une plainte publique, qui a pris de l’ampleur sur les réseaux sociaux.

« D’autres personnes ont de la chance parce qu’elles ont des enfants normaux. Nous sommes les seuls à craindre comme ça » est un extrait des audios qui ont été partagés sur internet, exposant la mère et d’autres membres de la famille. Des personnalités du divertissement, des athlètes et des organisations de défense des droits de l’Homme ont manifesté leur solidarité avec Malika, recueillant jusqu’à 100 000 euros pour son indépendance.

Malika Chalhy

La jeune fille ne vit plus avec ses parents depuis 4 mois grâce à l’argent des dons et a déjà entamé une action en justice contre sa famille pour menaces de mort.

Malika Chalhy

Le frère de Malika, Samir, a été le seul à s’être défendu, assurant que ses parents ont appelé sa sœur après l’incident pour s’excuser et lui demander de rentrer chez eux. Cependant, les dégâts causés ne sont pas si faciles à réparer et la jeune femme estime qu’ils ne lui auraient jamais demandé de rentrer chez elle si l’affaire n’avait pas fait la une des médias.

“Ce n’est pas normal de frapper un enfant ou de l’insulter pour ce qu’il est ou choisit d’être, ce n’est pas normal de juger et de montrer du doigt les autres, ce n’est pas normal de blâmer quelqu’un simplement parce qu’il est homosexuel”, a répondu Malika publiquement, dans un climat politique tendu en Italie, où la loi Zan est discutée pour être approuvée. Elle vise à lutter contre la discrimination et la violence fondée sur l’orientation sexuelle, le genre et l’identité de genre.

Malika Chalhy

La nouvelle loi permettra le renouvellement des peines en Italie, car le pays n’a pas de sanctions contre ceux qui discriminent ou commettent des crimes fondés sur l’orientation sexuelle. Le débat au parlement est au point mort avec une grande incertitude quant à son approbation.